Mais sont-ils nombreux à partir à la découverte des terrils de l’arc minier franco-wallon ?

C’est pour répondre à cette question que les partenaires du projet Interreg Destination terrils mènent des campagnes de comptage.
L’une de ces campagnes vient de se terminer au Martinet à Roux (Charleroi) et les résultats sont intéressants. Sur une période de un an, du 1 avril 19 au 31 mars 20, ce sont 14 126 personnes, soit 40 personnes par jour en moyenne, qui se sont lancées à l’assaut de ce magnifique terril du bassin de Charleroi. Comme on pouvait s’y attendre, les jours les plus fréquentés sont les samedis et dimanche et la saisonnalité à une forte influence sur le nombre de visiteurs.
L’éco-compteur qui a permis ces relevés est maintenant déplacé sur un autre terril dans le bassin du centre. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Côté français, la première campagne menée  en 2018 sur l’imposant terril 11/19  à Loos en Gohelle a relevé 154 000 passages sur une année complète avec là aussi une plus forte fréquentation durant le weekend end et à la belle saison

Ces premiers chiffres montrent l’intérêt, souvent méconnu mais toujours grandissant, que porte la population à ces montagnes construites par l’homme et recolonisée par la nature. Le projet Destination terrils ambitionne de soutenir cet intérêt et de soutenir et valoriser un tourisme durable sur les terrils de l’arc franco wallon

  • Twitter Social Icon